LA CANDIDATURE DE LA PREMIERE DAME CONTESTEE A MOHELI

Malgré le choix clairement exprimé de l’UPDC en faveur d’ABIAMRI pour le gouvernorat, des intrigues se nouent pour lancer la candidature de la première dame. Une candidature qui suscite de la grogne à Mohéli.

Il y a plus de trois semaines, les acteurs de l’UPDC se sont réunis à Moroni pour décider leurs candidats à la prochaine élection de 2016 : président de l’union des Comores, les vices présidents et les gouverneurs des iles. Apres plusieurs débats  de réflexions et d’analyse,  ils se sont entendus que chaque bureau régional fasse sa proposition. Mohéli a choisi Mahamoud ABIAMRI en  première position et Mohamed Ali Said 2éme position pour le poste du gouverneur.

Du coup les servantes et servants de la première dame ne cessent de faire du lobbying auprès du  président pour trahir son parti et désigner sa femme pour leurs petits intérêts personnels.  Ils oublient que Mohéli a voté successivement ikililou Vice-président en 2006 pour un mandant de 5 ans et président de l’Union en 2010 pour 5 ans de plus. Aujourd’hui, tout le monde est conscient que ce couple est au pouvoir depuis 10 ans.  Et Mohéli n’a ni port ni aéroport ni hydrocarbure.

Donc Mohéli grogne quant à l’hypothétique  candidature de la première dame. Elle risque d’exploser l’île,  si le Président intronise sa femme pour les 5ans à venir. Ce qui ferait 15 ans de règne de la dynastie Ikililou. C’est pourquoi ces derniers temps le fief de la première dame connaît une série de défaites car le peuple Mohélien  manifestes sa colère.

Une tournée de sensibilisation pour la candidature de la première dame prévue le 23 de la semaine dernière à Comotel a été arrêtée brusquement.  Par ce que l’équipe a été mal accueillie dans les villes, villages et quartiers de l’île. Un cortège prévu dimanche 23 à 10H du matin, reporté à 16h n’a pas eu lieu. Les participants ont  refusé d'embarquer dans les voitures et les minibus. Au final, du liquide  a été distribué pour corrompre les âmes afin qu'ils les suivent.

Des délégations ont été envoyées à la présidence, pour afficher leur soutien à la candidature de Ma Haloua auprès de son mari. Elles ont échoué. Elles n’ont même pas été reçues. Quant à l’UPDC, au niveau régional de Mohéli, il se sent humilié et attend la décision finale du patron, Docteur Ikililou Dhoinine. Va-t-il aller à l’encontre de leur proposion de placer le directeur général de Comores télécom à la tête de leur choix ? Abiamri reste, à ce jour, le seul candidat crédible et fiable de par sa maîtrise d'une grande partie de l'île.

Dans la rue, dans les places publiques et dans les milieux du travail, une seule certitude domine : "Sans Abi, l’UPDC va couler ".  Car Mohéli ne va pas procéder à une  « restauration » d’un pseudo  « sultanat » au profit de la famille ikililou Dhoinine. Après le mari, sa femme. Mohéli est républicaine. Bien entendu, Ma Haluwa est libre de se présenter. Mais porter la couleur de l’UPDC serait le fait du prince. Or, le peuple a besoin d’un homme d’action, tel qu’Abiamri, d’un homme qui a su démontrer une réelle volonté d’agir.

kam nail

COMORESplus

Retour à l'accueil