DUEL JUWA OU EVENTUEL FEU VERS NGAZI-NGOME

Avant le vote peupulaire de Ngazidja, certains partis passent aux primaires. Et à quelques heures des dépôts des candidatures, le parti JUWA de Raïs Sambi organise des primaires… entre prétendants à Ngazi-Ngome. Mais encore et encore, de l’effroi. Dans ce cercle, il y a l’ancien Dieu de la société comorienne des hydrocarbures, Mr Ahmed Abdallah Salim, « l’homme de l’affaire deux milliards volatilisés » et Mr Ibrahim Mhoumadi Sidi, l’homme de l’épineux dossier de la citoyenneté économique.

Encore, après la traversée du mal que Ngazidja a faite, un risque laisse aussi son odeur dans l’île. Tout cela si Ahmed Abdallah ou Sidi… arrivent à être éléments choix pour briguer Ngazi-Ngome. Mais qui ne se rappelle pas de l’audition menée par l’ancien Raïs Sambi, à l’ancien DG de la SCH… au cours de laquelle, a été décelée une volatilisation de 2 milliards de fc comoriens, dont cet ancien Dieu de laite société fut l’auteur. Outre son dossier, au tribunal même si la justice prend ses somnifères, sauf pour inculper des innocents, n’est pas chose moindre.

Sidi malgré sa fidélité et son refuge à l’élytre de son mentor, Sambi, deux faits doivent interpeler chacun des enfants de Ngazidja. La fameuse session parlementaire qu’il présidait au moment où le président de cette assemblée Dhoifir Bounour a refusé le présidium et même d’y assister, et l’affaire Combo dont personne ne peut dire ne pas être au courant. Si aujourd’hui, les Comores comptabilisent des braqueurs à Dubaï et ailleurs dans l’Arabie, c’est parce que le député Sidi a mis ses griffes sur le dossier pour la délivrance des nationalités aux bédouins. Ciment qui fortifie sa fidélité à Sambi. L’affaire Combo, n’est pas à omettre. Ministre de la défense et de l’intérieur, moment du fait, Sidi n’a rien fait pour que lumière soit mise sur cette épineuse affaire, dont il a une part de responsabilité même s’il n’est pas coupable. Son silence a du sens.

Le parti JUWA doit quand même, nous choisir tous candidats qu’il veut pour briguer l’île de Ntibet Mlanao, mais ces deux là, est un choix suicidaire. Oui, il peut en avoir deux autres dans ce parti, je crois. Mais si JUWA n’a que Sidi et Ahmed Abdallah pour le gouvernorat de Ngazidja, alors là, ce club doit laver ses maillots. Et voilà une perte préméditée. 

SAID YASSINE Said Ahmed

COMORESplus

 

Retour à l'accueil