EI SI Mr AZALI REPOND A CES QUESTIONS ?

Il y a quelques semaines nous avons posé deux questions au candidat Mamadou. Nous sommes toujours en attente de réponses. Mais l’espoir de l’avoir est loin. Nous espérons que cette fois-ci, le colonel Azali marquera la différence, en nous donnant des réponses suite à nos questions.  

1. Le retour est souvent le fruit de la nostalgie. On aime toujours de revivre ce qu’on a vécu dans le passé, si ce passé était rose.  

Il est aussi le fruit du remord en vue de réparer ses erreurs du passé. Pour l’ensemble des comoriens, je ne pense pas qu’ils soient nostalgiques au régime du Colonel. Monsieur le Colonel, dans votre parcours militaire, vous aviez appris à donner des ordres et également à les faire obéir. Ce qui n’a pas du tout été le cas avec vos anciens Ministres et DG, qui ont abusé du pouvoir en pillant les caisses de l’Etat. (Abdou Soefo, Houmedi Msaidié, Oubei dMzé Cheikh, Raoul Delapeyre, Maoulana Charif, Soefou Elamine, Ahmed Barwane, Ahmada Djaffar, Abdallah Said Sarouma, alias Chabouhani, Caambi El-yachurtu, Mohamed Djounaïd Soilihi, Bolero, Fakridine Mradabi,...). Le pillage et l’abus sont-ils, les ordres reçus de votre part ? La question est légitime car nous n’avons pas entendu des condamnations de votre part, même si l’’enturbannais aux mille mensonges a fait semblant de condamner quelques uns. Pire encore, certains d’entre-deux  demeurent toujours à vos côtés. Et même furent des candidats aux législatives. Naoufal Boina en 2010 et Maoulana Charif en 2015, illustrent.

Allez-vous condamner votre ancienne bande, expliquer au comoriens ce qui s’est réellement passé et les assurer que cette fois-ci vous ne serez pas accompagné ce ces hommes qui ont rendu les Comores en coquille vide ?

2. Sur quoi avez-vous échoué  hier  et quel gage de réussite donnez-vous aux

comoriens pour demain ?

Après le coup d’Etat vous avez hérité un héritage à double difficulté : La crise séparatiste et celle énergétique. Disons que vers 2002 sous votre gouvernance le pays à trouvé une « solution » de la crise séparatiste. Par contre quant à la crise énergétique, la solution vous a échappé. Le pays a demeuré et demeure toujours dans l’obscurité. Ferez-vous de cette crise une de vos priorités pourtant vous étiez au pouvoir, la crise de cette nature avait tous paralysé ?

Question bonus : Quel est votre engagement phare pour changer le quotidien des Comorien que vous aviez abandonnés souffrants ?

Youssouf Boinseo

COMORESplus

 

Retour à l'accueil