Mr ARM, KAMIKAZE DE L’UPDC, LE DANGER, SONT LES CANDIDATS DU POUVOIR

Cette fois-ci, pas besoin de « ndrama undzu ni ndrama niska », ces trumba qui ne surgissent que par un « rumbu ». Pour sauver l’esquif UPDC de son naufrage du 10 avril 2016,  il faut Satan. Mais Satan fait homme. Après le livre raté de l’arme de secours d’ARM au sultan Mamadou 1er, cette fois-ci, les palettes se collectent. Au secours Mr ARM, car l’embarcation UPDC-Mamadou, Msaidié… prend feu au fond de l’océan. Quel comorien saint  d’esprit croirait encore une fois cet ARM, aux mille et une farces ? Quel comorien  croirait  ARM, l’homme qui ignore l’histoire de son pays ? Ce mercenaire de la plume ne peut remuer que le camp qui le considère sensé. Donc, Mamadou et ses alliés.

« Que dira ARM… ? »

Quand on souffre d’une grande dessiccation, c’est permis de boire n’importe quelle eau. Même la plus impure. Le papier d’ARM truffé d’anachronismes et de confusions, papier calomnieux et diffamatoire, est l’eau qui soulage les candidats du pouvoir. Sinon, rien d’étonnant dans cet article. Que dira ARM du général Salimou qu’il a offensé hier avec sa plume maladroite au sujet de l’assassinat de Combo, et qui s’allie avec son camp aujourd’hui ? Que dira ARM de Boléro, qu’il avait l’habitude de glorifier jusqu’au premier mois de grossesse de sa mère… aujourd’hui qui, parait-il, qu’il se détache de Mamadou ? Alors l’homme sans conviction est appelé au secours du Titanic. Les comoriens disent « ihintro omongo wa shahada ». Il n’y a pas d’échappatoire. Mais quand, on est de mauvaise foi, quand on ne pense que par le ventre, la force de donner un coup de main aux matelots à bord, est nulle. Le Titanic Mamadou-Msaidié et amis, coule. Un pouvoir qui est incapable de donner le sourire à la population. Un pouvoir qui abandonne des gueux dans la misère et des déshérités dans le malheur. Tout le monde le sait. Donc voilà, l’équipage veut se sauver à tout prix. C’est ainsi qu’ARM est sollicité pour la dernière fois peut-être. Passons.

« ARM et ses mille et un mensonges »

Pour enjoliver et rendre crédibles sa plume et ses mixtures, ARM le sauveur de l’UPDC, utilise une colline de dates qui n’ont aucun sens ni rapport avec ce qu’il invente. Ridicule. Ce spécialiste en science-fiction diffamatoire a raté une occasion de se taire. Au lieu de ruminer le chagrin de l’éventuel échec de son argentier, il récidive comme à son habitude. Et la période de 1993, qu’ARM a citée dans ses pavés, pour l’entrée des jeunes comoriens en terrorisme au Pakistan, en Afghanistan…  n’est-ce pas la période du régime charmé par Mamadou et Msaidié, tous deux candidats du pouvoir, aux présidentielles aujourd’hui ? C’était sous Djohar. Et Mahmoud Fakridine, l’homme des basses-besognes de Mohamed Ali Mamadou, officier de la gendarmerie comorienne en 1993, aujourd’hui responsable de l’antiterrorisme, ne peut-il rien nous apprendre sur ces contes d’ARM ? Heureusement que ceux-là ne sont que de galéjades pures à la ARM. Heureusement car rien que son camp, aurait été contre lui. Passons.

Enfin, l’ignorance de la culture comorienne par ce comorien de souche, est prouvée par sa mauvaise foi et ses réactions déplacées. Quel comorien qui ignore que l’école coranique est fondamentale aux Comores, si ce n’est pas ARM ? Utiliser l’école coranique comorienne comme arme d’acier, illustre bien le manque de provision du lieutenant ARM pour sauver les candidats des discordes, aussi prouve sa méconnaissance du pays sien.

« Et si l’on se dit tout ? »

Un juriste de formation qui profane le droit, un pseudo journaliste qui sous-estime orgueilleusement la déontologie journalistiue, dans un pays en quête d’une stabilité et d’une vérité, est pire qu’un meurtrier. Dans son article, ARM parle d’amitié entre Azali et Ben Laden en insistant sur les origines saoudiennes de ce dernier. Qui ne se rappelle pas la « une », d’il y a quelques mois ? L’association de malfaiteur vêtue de fausse diplomatie, entre Mamadou, Msaidié, en tout cas les candidats du pouvoir et les sanguinaires de l’Arabie saoudite ?  La relation entre les Comores et l’Iran n’est-elle pas rompue par Mamadou pour faire plaisir aux wahabites, même si 40 milliards après des mois d’arriérés sont un argument de plus. Passons.

Azali aurait-il été ami avec Ben Laden ?

L’histoire des rencontres secrètes, entre Ben Laden et Azali, aux Comores en 1999, qu’ARM insinue dans ses pavés, c’est une braise qui finit par des flammes allant incendier certainement son camp. Les comoriens ne sont pas dupes. Au début du mois de janvier 2016, à Beit-Salam, Mr Mohamed Ali Mamadou, Msaidié et Ikililou… auraient reçu secrètement un général Saoudien, dont l’unité est basée au Yémen. Son séjour aux Comores, n’a duré qu’une nuit. Et le but de cette rencontre, ARM peut-il le révéler aux  comoriens ? Des enfants comoriens qui seraient sacrifiés par le pouvoir en place, en tout cas ces hommes susmentionnés, sont au Yémen en zone de guerre. Des combattants au côté des saoudiens contre 40 milliards de fc, déjà empochés. N’est-ce pas un crime ? Donc charité bien ordonnée, commence par soi-même.

SAID YASSINE Said Ahmed

COMORESplus

 

Retour à l'accueil