Tous faits traduisent ceux la destination du pays, dit de merveille. Les Comores risquent de prendre le chemin de non retour. Ici on parle d’un pays où le chaos est évitable de justesse. Depuis 1990, une génération politique dont nombreux des composants viennent de la formation mafio-politique de « Mwangaza-RDR », reste en grappin au pouvoir. Pas dans le but de mieux faire mais de se transformer en hommes inégalables en matière de tune. Depuis donc, on assiste au recule du pays et même de sa disparition programmée. Tout cela à cause de la perte de la morale, du manque de civisme, du ressentiment au pays, pour ne citer que cela, instaurés par les quatre et vingt disards. Et voila le pauvre peuple commence à récolter les fruits des intrigues des agents de la Maussade et d’autres entreprises de destruction. Ce petit pays rendu en miette par les grippe-sous et assoiffés de pouvoir, risque gros et pourtant superficiellement ses habitants pourraient se contenter d’une vie, en tout cas d’une respiration. Un climat nocif commence à s’installer.

« Message à prendre au sérieux »

Il y a deux jours, précisément, le samedi 2 septembre 2017, l’ancien procureur Mr Soilihi Mahamoud, alias Sako, vient de publier dans son mur facebook, un texte plus qu’effroyable. Une situation plus grave que traversent les Comores en générale et l’ile de Moheli en particulier. «…'il y à certaines personnes reçoivent des financements étrangers douteux qui leurs permettent de faire des activités incompatibles avec les instructions du Mouftorat et celles du gouvernement. Leur chef attaque publiquement le Grand Moufti et les autorités militaires de l'île à travers les microphones des certaines mosquées. Ces gens ont défié l'État et continuent à mener des activités hostiles aux bonnes pratiques religieuses. C'est ainsi qu'actuellement les musulmans moheliens se sont divisés en plusieurs groupes et les affrontements physiques et sanglants sont inévitables. Devant cette situation, rien ne m'empêche de douter que ces gens là sont financé par des groupes terroristes… ». Disait Sako.

« une déstabilisation à tout prix »

Certes le fait est plus que grave. Mais laisser mûrir cette situation, jusqu’à ce qu’il arrive à ce point, est bien l’œuvre des hommes qui ne pensent que des pratiques qui puissent les perdurer dans le pouvoir. Sans doute, une situation pareille, n’est pas née du jour au lendemain. Alors sans scrupule, les autorités, prêtes à sacrifier le pays avec n’importe quel moyen de déstabilisation afin de conserver ou d’obtenir le pouvoir. Ici donc, la responsabilité du corps juridique, notamment des procureurs comoriens et du service des renseignements n’est pas évitable. Comment une telle situation dans une île comme Moheli, échappe à la vigilance des autorités de l’Etat. Sans doute ils l’ont su mais pour des fins politiques… le meilleur des plans est de laisser trainer cette situation, jusqu’à pourrir la vie de tout un peuple. Les Comores traversaient des crises de tous genres, mais ont été épargnées de celle religieuse. Cette fois-ci c’est le chaos laisse présager… et sans se rendre compte du dégât, les autorités s’amusent en oubliant ce problème fondamental.

« Il est urgent d’agir »

Comores, un des rares pays épargnés de cette pluie de braise, se voit déjà à la décente aux enfers. Et l’éventuelle confrontation des mouvances religieuses… dont les forces sont à l’étranger, est sans doute la responsabilité des chefs politiques qui n’agissent que par leurs intérêts personnels. La convoitise, est source d’égoïsme. Et l’égoïsme engendre l’incompréhension, l’intolérance et la violence. C’est avec ce climat qu’un pays s’embrase.    Il est facie donc de manipuler un peuple affamé, et y dresser les uns contre les autres. C’est ainsi qu’avec ce qui se passe à Moheli, les batailles extrêmement sanglantes pourraient se produire, et voilà un pays qui se dirige vers l’apocalypse. Il y peut aussi y avoir, des pillages, de la destruction qui résulterait à un pays tombé en ruine. Des batailles, les deux fronts ne font aucune distinction entre hommes, femmes, enfants et vieillards… tous deviennent victimes.

Enfin, il est temps que les autorités du pays, notamment religieuse qui s’attaquent aux faux problèmes comme l’Aid et les coupes de cheveux… se réveillent. Comme celles politiques, elles sont de même, les artisans incontestables de ce problème apocalyptique. Ne faut-il pas que les comoriens soient aussi dupes. Les anciens chefs de services de renseignements généraux des Comores, comme ceux de ces heures-ci, doivent être interrogés pour que l’on sache pourquoi tant de laxisme. Il faut sauver les seules richesses dont les Comores disposent ; la Paix, l’entente, la compréhension mutuelle, l’entraide et l’assistance au prochain.

SAID YASSINE Said Ahmed

COMORESplus

  

 

Retour à l'accueil