Depuis la validation de candidature de Mohamed Ali Soilihi Mamadou, le gouvernement se réveille et s’acharne contre la cour suprême. Comme si Azali et ses proches dormaient et qu’ils se réveillaient avec un chapeau de plomb sur leurs têtes. Plusieurs réunions se sont tenues au sommet enfin de trouver des alibis pour élimination du candidat de l’UDPC qui est devenu un cauchemar pour l’Imam.

Kiki de la république qui s’habitue aux méthodes de voyous se chargeait de touiller le verre de certains candidats, en nature de corruption… pour compromettre la candidature de celui qui fait mentir la certitude du pouvoir en place, notamment du chef de l’Etat. Le cas des candidats Djaffar Elymacely et Bourhane Abdallah, agrémentent ce comportement vicieux. On aurait douté de cela, si le candidat Salim Saandi n’avait pas révélé publiquement cette malhonnêteté de la part du pouvoir en place. Disait-il donc qu’il avait été proposé… pour qu’il dépose un recourt à la Cour Suprême pour demander l’invalidation de la candidature de Mamadou. Donc Salim Saadi a décliné l’offre.

Quant au chef de l’Etat, il a appelé lui même le juge Aliamani, son fidele neveu sans doute en lui disant ceci :« epvanu hufanya tu ne m’as dit que Mamadou ne sera pas candidat ? Maintenant, débrouille-toi, je veux qu’il soit empêché ». D’où la convocation du candidat de L’Udpc devant le juge. Depuis les requêtes devant la cour contre Mamadou, le gouvernement n’a pas de cesse de mettre la pression à ce dernière. Et maintenant Azali demande à ce que la cour ne délibère les résultats finaux, avant le 10 février au minimum. Manœuvre de laisser le temps au juge de trouver une solution qui empêcherait Ye Mze de se présenter aux prochaines élections présidentielles.

Mais pour un avocat au barreau de Moroni qui a choisi de garder l’anonymat,« je ne vois pas comment la cour pourra se déjuger dans cette affaire alors qu’il y a pas un élément nouveau. Il rajoute seule une condamnation pure et simple de Mamadou pour lui priver de ses élections ce qui est impossible au vu du temps qui reste et la lourdeur de ce procès.» Pour les observateurs, le spectacle donné hier au palais de justice de Moroni, n’a fait que renforcer Ye Mze, donc l’enraciner de plus en plus… si on était au football on dirait Mamadou 3 et Azali 0. 

ASSOUMANI Maoulidi

COMORESplus

Retour à l'accueil