Comme il n’est secret pour personne, la notion humaine n’a aucun sens chez la secte CRC et compagnie, donc les composants du régime tyrannique en place aux Comores. Des nombreuses victimes sont enregistrées sur le tableau de leurs méfaits. Des victimes politiques, sociales, des victimes économiques que sais-je encore. Parmi les emportés par ces vagues, Mr Assoumani Saidou Adam, originaire de la ville de Hahaya. Oui quand on est dans un régime sectoriel, et que le peuple souille sous l’oppression de la dictature, ceux qui se portent probes y font le frais. Dans un pays qui se cherche, la probité et la compétence renforcent les échelons.

" Les premiers pas dans la maison SCHC"

Recruté à bas échelon en 1996 à la SCHC, Assoumani S. Adam devient chef d’équipe au dépôt aviation. Des années passent, puis adjoint du chef du Dépôt en 2001, puis Chef du service dépôt d’Aviation depuis 2013. Ce technicien hydraulique, est certes le contrôleur du carburant qui aliment les avions aux Comores. Donc le kérosène pour les avions à l’Aéroport International Prince Said Ibrahim. Une tâche qu’il réalise avec conscience et savoir et lui valant ces échelons avant l’arrivée de la CRC au pouvoir. Les Comores ne disposant pas d’outils suffisants pouvant aider à analyser la qualité du carburant avec lequel on alimente les avions, c’est à Madagascar où le produit est acheminé pour effectuer des analyses.

" Un carburant à risque"

Donc un échantillon est exporté. Cette analyse permet de détecter si le carburant est utilisable pour les avions ou non. Au résultat, Assoumani Saidou, écrit à la SCHC, aux instances concernées pour la validation. Et c’est à partir de quand une décision doit être prise.Enfin, il y a quelques mois, sous la commande du DG de la SCHC, mr Oumara Mgomri un kérosène détérioré a été stocké dans les cuivres de la société.  Et après avoir analysé le kérosène, Assoumani S.Adam a eu la confirmation de Madagascar que ce liquide n’est pas utilisable, car pourrait être accidentel. Ce qui fait qu’il a refusé l’alimenter les appareils par ce carburant, de peur qu’il ne cause pas de dégât.

" rétrogradé pour avoir fait son boulot"

Mais se souciant trop du fric qu’aux humains, le directeur des Hydrocarbures Mr Oumara Mgomdri ordonne à Assoumani d’approvisionner quand-même les avions malgré l’infection du kérosène. Avec ses responsabilités A. Saidou maintient sa position. Mais par souci… Mgomri lui a même dit d’utiliser ce carburant pour les avions qui desservent les îles uniquement, donc sacrifier les comoriens. Mais son obstination lui a couté sa place. C’est ainsi que le chef de service se voit succéder par son adjoint, qui certainement cédera aux caprices de Mgomdri.

Said Yassine Said Ahmed

COMORESplus

Retour à l'accueil