Si le pouvoir en place n'avait rien à se houspiller sur le dossier dit de citoyenneté économique d’Ahmed Abdallah Sambi. A ceux qui sont bien veillés, et qui ne sont pas poussés par la passion, il ne suffirait 40 millions dans la poche de Mohamed Abdou, ancien procureur de la République… pour foutre l’ancien Raïs en taule. Les hommes de droits ébondent le sol comorien, et sous les murs des logis. Au sein de pouvoir aussi, ils prennent refuge même si garnis de complexe et de ressentiments. Sur leurs personnes se lisent leurs maturités incertaines, leurs sincérités et leurs croyances bancales. Leur savoir en la matière est indubitable, sinon la foi est à douter. Donc du moment que depuis trois ans et trois mois, la justice et les accusateurs d'Ahmed Abdallah Sambi sont depourvus de preuves pour l’incriminer, l’ancien chef d’Etat des Comores ne pourrait qu’être innocent. Mais comme le droit et la tyrannie se fâchent, la dernière se contente d’enfermer des innocents.

« La balade des lâches »

La secte mafieuse en cerceau des quatre pouvoirs dont exécutif, parlementaire, judiciaire et médias réduits en pylônes du mal ne fait qu’opprimer les comoriens. Sur ce dossier de la citoyenneté économique, si vérité était de mise, les anciens condisciples d’Ahmed Abdallah Sambi, dont son ancien ministre des affaires étrangères et son ancien Directeur de la DNST, en l’occurrence Ahmed ben Said Djaffar, ex-ministre de télécom d’Assoumani et Abou Achirafi député et questeur, tous deux du régime en place d’Azali, seraient épouvantés. Donc ceux qui prennent Sambi pour animal, doivent adopter ces paroles « dans la jungle terrible jungle, le lion est mort ce soir… tout est calme dans le village, le lion est mort ce soir… ». Non, Sambi est vivant, est même si affaibli physiquement, mais son existence ne laisse pas ce village CRC & Cie au repos. Justice sera rendue.

« Msaidie et Comoro Golf  Holding vêtu de Lica »

L’amertume d’être refusé de faire partie des gouvernements du régime Sambi, est loin d’être digéré par le ministre de l’élevage et de l’agriculture d’Assoumani Mr Houmed Msaidié. De Comoro Golf  Holding à Lica Houmed Msaidié est l’un des acteurs principaux du dossier Lica, depuis le régime Ikililou Dhoinine où il fut ministre de l’intérieur. Ce dossier Lica qui est cité à la page 51 du rapport parlementaire incriminant Msaidié… remplaçait Comoro Gulf Holding et Mohamed Yusif Ahmed saleh Suleim son détenteur, remplace Bashar Kiwan de Comoro Golf  Holding. C’est là où Msaidié a eu main à son tour, selon le rapport parlementaire. Le même qui a enfouis Sambi dans le sinistre cachot. Le même qui incriminait Sambi. Dubaï, Europe de l’Est et autres pays deviennent les zones où les passeports comoriens se vendent actuellement, à raison de 20.000€ la pièce. Œuevre de Houmed Msaidié et de l’ex-ministre de l’intérieur, Mohamed Daoud, Kiki… moment où était dans le pouvoir. Ces documents officiels remplissent sans tambour ni trompette les poches d’Assoumani Azali et Cie.  

Said Yassine Said Ahmed

COMORESplus

Retour à l'accueil