Le premier forum national de l’emploi, baptisé ‘Comor’emploi’ a été lancé officiellement par le président Sambi hier, lundi 5 octobre, au Palais du peuple de Hamramba. Durant deux jours, les participants vont plancher sur trois principaux thèmes. Le premier porte sur l’état des lieux, les stratégies et les grandes orientations de l’emploi aux Comores, le second sur ‘‘l’emploi et la formation professionnelle’’ et, en fin, le troisième sur ‘‘ la situation de l’emploi et les perspectives pour le travailleur.’’

 

Le chef de l’Etat se dit convaincu que ‘‘l’avenir d’un pays se mesure à la capacité de réserver à la jeunesse des débouchés d’intégration sociale réussie’’. Et de marteler qu’il faut aujourd’hui rechercher d’autres sources d’emploi.

 

Ce forum national de l’emploi repose sur deux mamelles : d’une part, l’offre d’une formation technique et professionnelle aux jeunes comoriens éjectés du circuit scolaire et, d’autre part, les opportunités d’emplois dans les pays du Golf. Il sera ainsi question de la protection du travailleur comorien dans le monde arabe et de tout l’arsenal juridicoadministratif qui devra le mettre à l’abri de toute mauvaise surprise. Car, s’il est vrai que ‘‘notre pays ne dispose pas des capacités nécessaires et suffisantes pour retenir la main d’œuvre qualifiée et non qualifiée’’ et que ‘‘le recours à l’exportation d’une partie d’elle devient inévitable’’, encore faut-il mettre les garde-fous nécessaires et s’assurer que les candidats comoriens à cette immigration n’opèrent pas un saut dans l’inconnue.

 

‘‘L’Etat se devra d’assurer ce rôle de veille en permanence afin de s’assurer que partout où ils seront, nos travailleurs bénéficieront de tous les avantages et conditions d’exercice de leurs activités dans un cadre plus décent et dans le respect des normes internationales du travail’’ a dit le ministre de l’Economie, Hassane Ahmed El-Barwane.

 

Il faut rappeler que notre pays est membre de l’Organisation internationales du Travail (Oit) depuis 1978. Depuis, le pays s’est doté d’une politique nationale de l’Emploi (Pne), ainsi que d’une politique nationale de la protection sociale (Pnps). Ces deux politiques ont été validées par l’ensemble des partenaires sociaux dont les syndicats et le patronat, puis adoptées en conseil de ministres.

 

La loi sur l’emploi dans notre pays oblige tout employeur à assurer son employé à la caisse de prévoyance sociale ou à la caisse de retraite. Le patron du groupe Comoro-Gulf

Holding (Cgh), Bashar Kiwan, a déclaré que ‘‘le chômage est actuellement le grand mal du siècle qui gangrène les économies de tous les pays, mais plus particulièrement des petits pays pauvres et peu développés, comme c’est le cas pour les Comores.’’

 

Mariata Moussa

Source : AL-WATWAN

Retour à l'accueil