Ils ont vendu les Comores par des accords dont les comoriens ignorent les buts, ils se sont enrichis par l’argent des contribuables comoriens, alors que le pays vit dans des conditions misérables et inhumaines. A commencer par les routes qui sont devenues des nids de poules, voire des plages au moment des pluies. Donc les eaux stagnent. Il y a aussi des espaces alliant, dépourvus d’hygiéniques comme le marché Volovolo, le café du port, le marché de la poste… Si on veut compléter la liste faisant la misère des comoriens, le risque de ne plus achever ce papier sera inéluctable. Mais le couloir de la mort dont l’hôpital El-maarouf, en manque de tous : bon accueil, médicaments, l’eau, courante, confort…

Vendre la population comorienne, pour des intérêts n’est pas étonnant. Mais, car certains débats dont le fond est le détournement de fonds, alimentent nos réseaux sociaux, je me réveille de mes profonds sommeils. Difficile de croire mais qu’on croit quand même. Dans les années 2000, sous le régime du Colonel  Assoumani AZALI, un haut cadre de la formation CRC a vendu ALLAH auprès du Président Muammar KADHAFi. Ce fut quand il s’est présenté devant ce guide libyen et demandé une aide. Mais de quoi ? Ah, besoin d’un endroit pour faire la prière dans son ministère. N’est-pas une carte si puissante pour décrocher une manne ? Plus généreux envers les pauvres, KADHAFI, restait sensible et vite le tuyau s’est ouvert… C’est ainsi qu’une somme très importante est accordée au cadre de la CRC, alors ministre de l’époque.

Verra t-elle le jour cette mosquée ?

Ignorant qu’au moment même où KADHAFI lui attribuait cette somme, certains étudiants comoriens au Libye étaient informés de cette bonne nouvelle, ce haut cadre de la CRC a fermé ses yeux et glissé cette somme dans sa poche. En 2002, un des étudiants, présents en Lybie lors de l’attribution de ce don,  rentre au pays avoir fini ses études. Sa reconnaissance envers le guide libyen Moumar Kadafi des biens qu’il a fait aux comoriens tombait assidument de ses lèvres. Et cet étudiant avait très hâte de voir la grande mosquée financée par le président libyen et qui doit être construite dans un tel ministère. Se rendant à Moroni, précisément dans les locaux du ministère en question cet étudiant  a demandé où se trouve cette mosquée, et grande fut la surprise en ne trouvant qu’une cave, aménagée avec des moquettes… Ah que 2016, se réserve avec des secrets à livrer. Cette CRC dont le tableau de son histoire est noirci de salissure, a du culot. Déjà un 2016 qui s’annonce mouvementé, ne peut pas disposer des cadau pour les tenant de cette formation mafieuse. Donc qu’en pensez-vous « gni ma ka-imu wahe masiwa ?  Yé Mnyezi Mgu Wu huziwa ? »

Boinseo Boinseo, Paris

COMORESplus

 

Retour à l'accueil