portrait1La nation comorienne est un fait historique tangible que chacun peut apprécier à la lumière de la culture, de la langue, etc. Nous avons hérité de nos ancêtres des pratiques festives, religieuses, culinaires qui ont cimenté notre nation. Malheureusement depuis l’indépendance, une entreprise de démolition de la nation comorienne est en œuvre et remporte succès sur succès.


Pour fonder l’annexion de l’île comorienne de Mayotte, la France a réécrit L’histoire du pays et les autorités comoriennes restent de marbre. Des cartes d’une Union des Comores de 3 îles circulent dans l’administration comorienne ; des rapports « oublient » que Mayotte est une île comorienne. Au total l’unité territoriale et politique de la nation est entamée sans qu’une riposte à la hauteur du défi français soit engagée par les dirigeants qui se sont succédés à la tête du pays depuis l’indépendance.


Le pays en est arrivé à célébrer ceux qui nuisent ou ont nui à l’unité du pays. Ainsi assiste-t-on aujourd’hui à une caricature grotesque : ceux qui s’étaient emparés de l’île d’Anjouan contre l’Etat central ; ceux qui avaient proclamé l’indépendance d’Anjouan à défaut de pouvoir être rattachés à la France ; ceux qui avaient même refusé l’idée saugrenue de l’ancien premier ministre français Rocard, préconisant une Union des Etats Indépendants des Comores ; ceux-là fanfaronnent sur la scène politique nationale.


N’est-ce pas une vilénie que de nommer un Chef séparatiste non repenti, au Haut Conseil Paritaire, supposé négocier pour le retour de Mayotte ? Comment ce personnage a-t-il été réintégré au MIREX !?


N’est-ce pas une vilénie que de permettre à Mjamawe, Sarkozy et consorts de se poser en victimes ; de se croire en position d’exiger des réparations. Le Gouverneur d’Anjouan Anisi leur a tendu la main tandis que le Président  Ikililou leur ferait la part belle en ayant réintégré certains « bacaristes ». Ces derniers auraient même le droit de fonder leur propre parti pour participer sous leurs drapeaux aux prochaines échéances électorales. Voilà donc nos « héros » faisant le beau avec beaucoup d’arrogance.


IL FAUT FAIRE LE PROCES DU SEPARATISME ANJOUANNAIS POUR OUVRIR LA VOIE A UNE VERITABLE RECONCILIATION NATIONALE QUI NOUS RENFORCERA DANS NOTRE COMBAT NATIONAL IMPRESCRIPTIBLE POUR LE RETOUR DE MAYOTTE.

Idriss (03/03/2014)

Retour à l'accueil