1623331 667102006661654 1888895918 n1800241 667101973328324 791355317 n

Que cela reste aussi curieux et étonnant. La suspension de Mme Kalathoumi Djamadar, au poste de directrice de la fonction publique, ne doit pas passer inaperçue. Elle doit susciter beaucoup de questions. Car cela est loin d'être la première fois. Rappelons-nous très bien que lors du gouvernement Iki I, Mme Kalathoumi Djamadar a été suspendue de ces mêmes fonctions de directrice de la fonction publique par un arrêté signé par l’ex-Garde des Sceaux, Ministre de la justice, de la Fonction publique, Dr Aliane, pour discourtoisie à l’endroit de ses supérieurs hiérarchiques et pour comportement non exemplaire. Après plusieurs plaintes déposées à son encontre. Une suspension qui a été contrée par l’intervention des vice-présidents, une protection de plus à cette époque. Depuis Dr Aliane Ahmed n’a pas été vu de bon œil par ses collègues du gouvernement en place, surtout par les vice-présidents.

 

Moins d’un an, plus précisément, le 10 février 2014, le Garde de Sceaux, Ministre de la justice, de la fonction publique, des Reformes administratives, des droits de l’Homme du gouvernement Iki II, Dr Abdou Ousseini a suspendu la même directrice de ses fonctions, Mme Kalathoumi Djamadar par arrêté N°14-007/MJFPRADHAI/CAB. Le Ministre a dit regretté d’informer Mme Kalathoumi Djamadar qu’il a pris la décision de la suspendre de ses fonctions par l’arrêté susdit. « Cette décision est intervenue, suite à votre comportement et vos actes qui, à mon jugement et compte tenu des fonctions que vous occupez, sont indignes et affectent négativement les actions engagées par le gouvernement et le ministre dans les reformes de la fonction publique… », Ecrivait le ministre de la justice dans une lettre adressée à l’intéressée.

 

Cet arrêté signé par le nouveau ministre de la justice, portant suspension de Mme Djamadar, aura son impacte ou va t-il tourner court comme celui signé par son prédécesseur d’il y a moins d’un an ? Et pourquoi, spécialement cette femme ? Où sont les sauveurs habituels de Mme Kalathoumi Djamadar ? Est-ce que les vice-présidents sont au courant de cette suspension ou non ? Peut-on parler d’acharnement contre Mme Djamadar ou de récidivisme de cette directrice suspendue de ses fonctions à nouveau ? Mais le plus important, que reproche-t-on à la directrice de la fonction publique suspendue de ses fonctions ? De quoi serait-elle coupable ?

 

SAID YASSINE Said Ahmed

COMORESplus

 

Retour à l'accueil