L’Alliance pour le Développement de Ntsaouèni passe à l’offensive, ce titre d’un article de La Gazette des Comores colle bien avec les caractères cyniques de ceux qui tentent de s’approprier abusivement de l’ADN. Ces personnes ont toujours offensé voire agressé leur ville au lieu de la défendre. Ils se sont opposés auparavant à la construction du Lycée communautaire de Mboudé sis à Ntsaouèni et le Coordinateur des inspecteurs pédagogiques Mr Ahmed Djoumoi Mfaoumé en est un témoin honnête. Ils ont, en outre, tenté de boycotter l’ouverture du sous centre d’examen de Mboudé à Ntsaouèni. Si ce ne sont la volonté de Mr Mohamed Ismael ancien Ministre de l’éducation de Ngazidja et l’appui d’Ahmed Djoumoi Mfaoumé ainsi que de celui des Autorités communales ce sous centre serait un rêve. Ce qu’ils font aujourd’hui pour saboter le centre de santé est une continuité de leurs agissements sataniques contre Ntsaouèni. En 2006, Ils ont tenté de boycotter la pose de la 1ère pierre de ce centre de santé mais Dr Ikililou a vite compris leur sale besogne et a répondu à l’invitation de la région de Mboudé en tant que Vice-président en charge du Ministère de la santé. Malgré ce revers, Ils ont tout fait encore pour empêcher sa finition et l’Ancien Ministre de l’Intérieur Ahamada Abdallah est un prestigieux témoin de leurs comportements malsains et hostiles à Ntsaouèni. Enfin et dans ce registre, ils ont, de toutes leurs forces, voulu freiner l’inauguration de ce centre de santé mais Allah les a déroutés de leurs sales manœuvres (Allah Khairil makirina). Amers du bien -être Ntsaouènien et de son développement, ils ont fait, présentement, allégeance à des Mitsamiouli mdjiniens pour qu’ils œuvrent à la fermeture de la polyclinique ouverte par Dr Nevine Herbi et en connivence ils font tout pour son expulsion.

Halte aux méfaits

Qu’ils sachent au cas où ils l’ignorent que le code de la santé voté par les parlementaires et promulgués par son Excellence le Président Dr Ikililou Dhoinine permet l’ouverture de polyclinique et que toute maltraitance au Dr Nevine Herbi est un coup dur porté à nos relations avec l’Egypte en particulier et le monde arabe en général. Pour cela, nous leur disons halte ! Nous avons longtemps enduré les méfaits de leur perversité mais toute résistance a des limites. S’il faudra laisser nos âmes pour le bien-être de notre ville, nous le ferons bien en martyrs car nous savons que « Hubbul watan minal Imane ». Quant aux élections du bureau de l’ADN, ceux qui les ont organisées, ignorent totalement sinon feignent d’ignorer les statuts et règlement intérieur de cette institution car en réalité beaucoup d’entre eux n’ont jamais été membres de l’ADN. Alliance de toutes les associations de Ntsaouèni pour le développement de Ntsaouèni, l’ADN n’avait pas pour but de réduire le grand mariage comme il est mentionné sur cet article. Ce serait trop réducteur, hélas. Elle avait pour but de créer une synergie entre les associations et capitaliser les énergies pour le développement de Ntsaouèni dans tous les domaines. C’est de cette manière que l’ADN a été devenu le comité de pilotage des projets de la localité tels que l’élargissement du réseau d’adduction d’eau financé par l’Ambassade de France à hauteur de 20 Millions de francs comoriens à travers le projet de co-développement. Ce projet ne sera jamais inauguré malgré la demande de l’Ambassade de France à Moroni à cause du détournement des fonds par le bureau de l’ADN de Hassane Ahamada Magréchene, signataire du document de projet. Sous cet angle, l’élection du bureau de l’ADN ne peut pas être l’œuvre d’une poignée d’individus ne représentant même pas 20% des Ntsaouèniens. En outre, ils ne savent même pas que ces élections sont nulles et non avenues puisqu’il a été mentionné dans les statuts de l’ADN que les activités de l’ADN cesseront avec l’avènement des communes. De facto, l’ADN n’existe donc pas et on ne saura élire un bureau d’une structure inexistante.

Et si on ose le dire ?

Quant au magistrat sur le tare, mentionné nommément à deux reprises sur l’article, sa position partisane dans ce différend inter ntsaouènien n’honore pas le système judiciaire qu’il est censé servir car tout magistrat a un devoir de neutralité et d’impartialité. Comment peut–on faire confiance à notre justice avec de tels comportements contraires à la morale, à l’éthique et à la déontologie de la profession judiciaire? Ces comportements incompatibles à l’exercice de la profession de magistrat renforcent la mauvaise image qu’ont bon nombre de comoriens sur la justice de notre pays. Il y va, ainsi, de l’honneur de cette noble institution de prendre rapidement des mesures correctrices et mélioratives pour redorer un peu son image plus que ternie.

Enfin, ADN ou autre, le temps est révolu à Ntsaouèni. Dr Youssouf Saïd a instauré la transparence et la rigueur en osant porter plainte contre son cousin direct et Ex Président de l’ADN Hassane Ahamada Magréchene pour refus de bilan. Cet acte de bravoure tant salué par la majorité des Ntsaouèniens de l’intérieur comme de la diaspora lui a valu le lynchage malhonnête véhiculé par calomnie dans tout le pays. Nous, la jeunesse de Ntsaouèni disons seulement et simplement « Chapeau Dr Youssouf Saïd ! ». Si la Phrase de Cheik Mc «Ari mali za Msihiri nguhibwa ni mabwana mkubwa, sha shi ! Izo kazambwa » reste vraie ailleurs, à Ntsaouèni elle devient caduque. Ntsaouèni a donc posé les jalons d’un changement de comportement dans la gestion de la chose publique et ne compte, pour rien au monde, rétrograder. Ainsi les dix millions récoltés en 2013 et déjà bouffés par ces squales feront tôt ou tard, de gré ou de force l’objet de remboursement. L’adage dit : »On ne peut pas faire des omelettes sans casser les œufs », Ntsaouèni veut des omelettes à sa table et les œufs seront cassés pour cet effet.

La Jeunesse de Ntsaouèni

Retour à l'accueil