IMAG0054Ce lundi 20 mai 2013, est enregistré comme l’un des jours les plus noirs de la ville de Mkazi, une des localités de la commune de Bambao ya dju. L’Armée nationale de la développement (AND) entre en percussion avec les habitants de la ville. Un important dégât matériel et humain est bien enregistré. Plusieurs blessés, des maisons et des voitures… vandalisées.

Il y a cinq jours depuis que la ville d’Mkazi plonge dans le noir permanent opéré par la société Mamwe. Quelques notables et ainsi que des jeunes de la ville sont partis à Moroni, dans les locaux de la Mamwe, en quête des explications, mais le directeur n’a pas manqué à jeter ses rayions. Bredouille, la délégation est retournée à Mkazi. Tout de suite la provocation a pris chemin. Au retour à la cité, les habitants ont reçu les invités surpris. C’est bien, les employés de la Mamwe avec leurs factures de la sombree et l'ordre d'arracher le disjoncteur de l'alimentation électrique de la ville, car une cité pleine de fraude d'électricité selon la Mamwe. Les habitants se sont révoltés. Et soudain, les accrochages commencent.

Des accrochages, se produisent. L’armée n’a pas tardé à faire sa besogne. Un massacre des habitants de la cité qui sont tous dressés. Tout ce qui bouge au sein de la ville reçoit sa dose. Dans cette altercation, un soldat est blessé et évacué à l’hôpital, mais son pronostic vital n'est pas engagé. De l’autre coté quelques habitants de la ville ; vieux, jeunes et moins jeunes sont arrêtés et transférés à la gendarmerie de Moroni. Et depuis la ville de Mkazi est bue par l’escadron. Personne ne bouge.

SAID YASSINE Said Ahmed

COMORESplus     

Retour à l'accueil