Pendant que le journal « La Gazette des Comores » de ce mardi 31 décembre 2013 a publié dans sa UNE ses cinq personnages de l’année, tous de Moroni à l’exception d’un Anissi Chamsoudine (allez savoir pourquoi cet anjouanais est remorqué par ce journal moronien), je me permets, même sans journal, de publier mes propres personnages de l’année. J’espère qu’on ne m’en voudra pas du fait que chacun est libre d’apprécier l’année à sa manière.

Après plusieurs observations sur le déroulement de l’année 2013, j’ai conclu que les personnages suivants sont les plus brillants de 2013

Le 1er est Oumara MGOMRI

En effet, ce directeur général (sans majuscule) de la MAMWE est la première personnalité de 2013. Sa capacité à gâcher les espoirs des Wangazidjas alors que Mohéli et Anjouan baignent dans la lumière et percent sur le plan économique, ne peut passer inaperçue.  Son action a contribué à :

- Augmenter le taux d’échecs de nos enfants dans leur scolarité.

- Installer la paresse et l’improductivité dans l’administration publique.

- Diminuer sensiblement la production des quelques entreprises locales.

- Ralentir la consommation des biens et services.

- Maintenir les comoriens dans l’absence d’informations et donc dans la désinformation.

- Forcer certains malades hospitalisés et alités chez eux à vivre le pire des cauchemars.

- Augmenter les maladies liées aux mauvais produits de consommation comme Mabawa et autres viandes et poissons.

- Augmenter les stress et les disputes entre les membres de  la même famille et de la même communauté.

Avec une telle réussite, ce serait injuste de ne pas le hisser à sa juste place, qu’il trouve ici la correction de droit qui lui revient.

Le 2ème personnage est Rastami Mouhidine

Le second personnage est à mon avis,  Monsieur Rastami Mouhidine. Cet ex Ministre des Transports a marqué l’année 2013 par sa sagesse, en acceptant publiquement avoir détourné plus de 90 millions de nos francs et de démissionner du gouvernement pour se la couler douce dans son île natale. Il est le second après Chuma à avoir démissionné d’un gouvernement même si les motifs ne sont pas les mêmes (Chuma voulait défendre le peuple alors que Mouhidine l’a assassiné). L’année 2014 lui sourit car avec ce pactole il ne risque pas de se faire virer par sa femme.

Le 3ème est Salim Tourqui

Ce grandPrésident de la Fédération Comorienne de football a brillé en 2013 par sa capacité à former les jeunes comoriens à la corruption la plus criante et la plus puante. De par ses déplacements personnels dans des villages pour acheter des matchs au profit de son club chéri en passant par les falsifications de licences, de PV de matchs et la désignation controversée des arbitres, ce Président a mis en crise le football anjouanais, fermé les vestiaires à Mohéli et incité  certaines équipes à Ngazidja à abandonner les stades (comme le club de selea Bambao qui a annoncé son retrait des compétitions pour 5ans). Ce palmarès fait de lui le meilleur président de football dans un pays corrompu comme les Comores. Ce sont les sportifs eux-mêmes qui le clament haut et fort dans les cafés des grandes villes.

Le 4ème personnage est Houmed Msaidié

Trop présent dans les médias et acclamé par les foules, ce secrétaire général de la CRC a réussi à déchirer son parti, à casser les espoirs d’un travail pénible de huit années de dur labeur pour une reconquête du pouvoir par la CRC. Croyant trop à sa chance pour devenir président, il est victime de son égo. Ce faisant,  il est le propre artisan de sa défaite en  brillant comme un très bon pyromane plutôt que pompier.

Par respect au courage et au respect de leurs visions respectives, que ces messieurs reçoivent nos meilleurs vœux de ce nouvel an 2014.

Ali Moimed

COMORESplus

Retour à l'accueil