La compagnie Yéménia Airways avait pris les passagers à destination des Comores en otage depuis Charles de Gaulle. Après l'enregistrement des bagages, autrement dit les formalités, les passagers se dirigeaient vers le boxe de contrôle où ils ont été surpris par le pire selon lequel, l'avion ne pourra pas décoller suite à un problème technique, dont la nature n'a pas été évoquée. Jointe au téléphone, un passager à bord après la résolution aussi tardive du problème, Mme Moinarcha Yousdouf Djalili, présidente de l'Association AAAIC qui n'a pas été passive, nous a confirmé que par la suite, le chef d'escale avait décidé d'opérer une solution.

 

En outre, il avait prié les passagers de se diriger vers l'hôtel ibis après quelques heures de souffrance et d'attente. La compagnie Yéménia Airways, est complètement figée dans ses agissements pleins de mépris à l'égard des comoriens. Toutefois, le premier conseiller à l'ambassade des Comores à Paris, Said Omar Said Ali, s'est manifesté avec un esprit de responsabilité et de solidarité, et œuvre pour que le positif règne dans cette situation. C'est ainsi qu'il s'est entretenu avec Fayssoil, un des responsables de la compagnie en question. Au final, l'avion a pu décoller à 23 h, donc 15 h de retard, avec deux corps dont celui de Mbeni et d'Ivembeni à bord. Quand est-ce que les comoriens cesseront d'être pris pour des fumiers par les compagnies aériennes ?

 

Ben Abdou Hamidou Lassoi

COMORESplus

 

Retour à l'accueil