250px-Bos taurus indicus[1]Loin de ma terre natale tout me semble flou et alliage. Depuis les nuits du 23/24 décembre 2012, et du 26 janvier 2013, que la ville d'Ikoni sombre dans le chaos, la logique est d’être trouvée. Curieux et assoiffé de savoir ce qui se passe réellement dans cette cité de merveille, je ne trouve que l’incohérence. Les positions des uns et des autres, ainsi que leurs déclarations désorientent. Une méthode bien calculer et qui implante le doute et la confusion dans la cité. Comment on est arrivé jusque là ? Tout commence depuis des surrections des jeunes délinquants, puis conflit inter quartier, celui sociale politique et aujourd'hui on assiste à un conflit de génération.

 

Qu’est-ce qu’on attend pour décerner le prix Nobel à ceux qui ont réussi ce grand mélange ?  Ou ce n’est pas une expérience dans la chimie ? Car partir d'un conflit inter-quartier, passer par les délégations spéciales instaurées dans tout le territoire de l'île de Ngazidja et arriver aujourd'hui à l'égorgement de taureau, on scelle le sort d'une ville ou du moins d'un quartier. Dois-je croire aux dires des uns et des autres ou aux images qui me parviennent ? Hélas si mon père était vivant, il aurait pu m'éclaircir cette situation me semblant incompréhensible. Mon père qui aimait sa ville sans aucun intérêt personnel. On m'explique qu'une partie des notables de « harumwamdji » qu'on peut appeler les modérés, prônent la souplesse avec l'autre partie en conflit et demandent l'allégement des décisions prises a l'encontre de l'autre quartier frère.

Je comprenais et respectais cette unitive jusqu'au jour où je vois les images de la cérémonie d’investiture du nouveau maire de Bambao ya mbwani, un enfant de la ville d'Ikoni issue précisément du quartier de Mdrambwani. Notons bien que dans cette investiture, les absents n’avaient pas tort car, ils ont brillé par leurs absences. Une occasion ratée, je suis convaincu. Ne c’était pas une ligne de convergence qui unissait des deux quartiers belligérants ? « Kweli, ils veulent la réunification » Mais ma surprise fut grande quand j'appris que par cette acte qui aurait pu être considéré comme vent d'espoir, tous les participants sont qualifiés d’ennemis de la ville par ceux qui prônaient l'apaisement et le rapprochement de deux entités. Je ne comprends pas hélas. Mais aujourd’hui papa n'est pas la pour m'expliquer.

 

Parabolik Assoumani

COMORESplus

 

Retour à l'accueil