74158 101185266621857 490541 n[1]Des Comoriens périssent dans le bras de mer séparant Ndzouani de l'île soeur de Mayotte, victimes de l'interdiction qui leur est faite par les autorités françaises, au mépris des lois internationales, d'accéder librement à cette partie de leur territoire. Les jeunes palestiniens sont empêchés de prier à la Mosquée Al Aqsa et au dôme du Rocher par le gouvernement israélien qui, comble de la barbarie, détruit également leurs maisons et leurs plantations. La minorité musulmane en Birmanie est parquée dans des villages isolés, massacrée et humiliée..etc. La liste des exactions que subissent les musulmans aux 4 coins du monde est longue. Elle vient de s'enrichir du nettoyage religieux qu'opèrent les milices chrétiennes contre les musulmans en Centrafrique. Les puissances occidentales si promptes à monter en épingle le moindre écart commis par des individus ou Etats musulmans se contentent du service minimum pour sauver les apparences. Les pays musulmans ne sont pas plus vertueux.Ils manquent à leurs devoirs de solidarité alors que les milices anti-balaka sont entrain de commettre un génocide dont la finalité est l'éradication du culte musulman en Centrafrique. Ces escadrons de la mort violent, tuent, mangent les cadavres des musulmans, pillent et saccagent les mosquées dans l'indifférence générale.

 

Ces civils dont le seul crime est d'être musulmans sont livrés à eux-mêmes, les forces françaises de l'opération Sangaris et les forces africaines de la Misca brillant plutôt par leur passivité. Les Etats musulmans se doivent d'envoyer des troupes en Centrafrique pour épauler les forces internationales déjà sur place, désarmer toutes les milices (et pas seulement la Séléka) et assurer la protection de toutes les populations civiles. Je n'oserai pas accuser la France, berceau de la laïcité, de partialité au détriment des musulmans mais je suis surpris par la coïncidence entre l'arrivée des troupes françaises en Centrafrique et la montée en puissance des milices chrétiennes. La France déclare s'opposer à toute partition de la Centrafrique sur des bases ethnico-religieuses mais je ne me souviens pas qu'elle ait défendu avec la même énergie l'intégrité territoriale du Soudan lorsque les chrétiens de ce pays avaient décidé de se séparer de leurs compatriotes musulmans et de fonder la République du Soudan du Sud.

 

Abdourahamane Cheikh Ali

Retour à l'accueil