" Ze bêtises nazidoka sérieux".

La tentation est forte de se référer à ces phrases cultes d’un autre monde tellement l’exaspération est sans limite. Oui! " ze bêtises nazidoka sérieuses"! Comment rester zen en faisant cette belle découverte: une rencontre de la troisième dimension. Un univers parallèle dans laquelle certains politiques comoriens semblent convié le peuple. Un monde ou le débat, la confrontation des idées cède la place à des pratiques d’un autre âge. Jugez par vous même.

_______________________________________________________________

IL ETAIT UNE FOIS UN MENTEUR.

Si mentir c’est donner des fausses informations ou tenir des propos contraires à la vérité, eh bien monsieur  Ali Msaidié a menti lors de l’assemblée constitutive de son parti  RADHI.

Msaidié a affirmé que Moussa Toybou est désormais un des leurs et son parti la SNDD a fusionné avec d’autres formations politiques pour constituer le RADHI. C’est faux monsieur le Secrétaire Général. Moussa Toybou n’est pas demandeur de votre RADHI. Il a compris que même la plus belle fille du monde ne peut pas donner ce qu’elle n’a pas. Voir des extraits de la lettre adressée au ministre de l’intérieur par le président de la SNDD pour nier toute implication de son parti dans l’aventure, dans  Al-Watwan No 2441 du vendredi 30/5/2014 et avant cela, la Gazette des Comores no 2188 du 22/5/2014.

Monsieur le Secrétaire Général ! Vous avez également confirmé que Maoulana Charif  a intégré votre parti. C’est faux monsieur le Secrétaire Général. Vous avez dû rêver d’être aussi bien entouré. Le concerné vient de nous l’infirmer.

Vous avez encore menti au sujet de Député Chabouhane qui aurait intégré votre Radhi. C’est faux monsieur le Secrétaire Général. Le concerné peaufine un communiqué pour réfuter vos affirmations et envisage même d’organiser un Hitma comme pour se laver d’accusations très graves, et ensuite, et ensuie jusqu’au cas, encore incertain de Fakri Mradabi qui, comme tous les autres, n’était pas au rassemblement. Et pourquoi ? Alors qu’il n’avait que quelque dizaines de mètres à faire ? Attendons sa réaction et plus rien n’est à écarter. 

Pourquoi mentir ?

Quel que soit le mobile, on ment pour tromper. Et tromper ce n’est pas bon. Le moins que l’on puisse attendre d’un leader politique est cette spontanéité à dire la vérité ; ou du moins, cette conscience qu’il a d’être un modèle, ce devoir de vérité qui doit lui habiter, autant de qualités que le métier exige et qui scellent la fidélité, forcent la confiance et l’admirations des militants et suscitent leur engagement. Des exigences, qui aux yeux de ce qui précède, vous font défaut. Un leader qui ment est un faux.  Imaginez excellence, un leader à qui on a retiré toute confiance à cause de ses contre vérités, que resterait-il de son leadership?

De cette manière, je me demande quel modèle de citoyen proposez-vous aux comoriens d’aujourd’hui ? En tout cas, il est difficile de faire confiance à un menteur.

En attendant de nouvelles révélations, je vous prie de vous recycler en vous encourageant vivement à adopter un autre comportement, un autre état d’esprit loin des ragots et des pirouettes politiques.

 Et n’oubliez pas excellence, de passer au ministère de l’intérieur pour arranger le procès verbal, gommer SNDD et hop… si vous tenez encore à RADHI.

Ah ! Mes excuses, j’allais oublier. Passez le soir chez votre ami Mamadou pour voir comment il peut vous venir en aide, c’est sérieux, il est gentil et généreux, vous le connaissez bien d’ailleurs lui et son épouse. 

Retour à l'accueil