IMAG0078-1.JPGUn weekend culturel très jovial. C’est comme ça que je nomme les trois jours de partage, de convivialité et de joie, du vendredi 7 au Dimanche 9 juin 2013. Tout a commencé à 20h, lorsque le président de la CCLA Ahamed Ali Chahid assisté par le secrétaire général de la communauté, M. Abdou Radjab et les autres membres du bureau, a déclaré ce weekend ouvert. A part l’allocution de Mohamed Ali, fondateur de l’association, nos amis du mémoire de l’outre-mer ont intervenu brièvement pour témoigner leur sympathie envers la communauté comorienne de Loire Atlantique. Et une détente de Sambé, shigoma sha ki masiwa… au centre desquels, tous les comoriens des quatre îles et amis des Comores se distraient. Des femmes habillées en tenue traditionnelle, des hommes en kandu et kofia… A part les danses, la sympathie des comoriens de Nantes. Femmes très actives ayant l’esprit de solidarité, des hommes bien hospitaliers et responsables, tous charmaient ces instants de plaisir.

 

Photo1849.jpgEt voilà, le samedi, en suivant le programme bien établi, plusieurs intervenants d’origine comorienne, ont activé l’audience. Commençant par l’exposé de l’historien Docteur Mahamoud Ibrahim, assisté à sa gauche par l’ami Said Yassine. Son exposé ayant comme thème « Le peuplement des Comores – une histoire plurielle», a fait que le weekend commençait à obtenir de sens. Oui, un weekend sans pareil, en beauté et en bonté. Après la présentation du thème, plusieurs questions allaient dans le sens du Docteur Mahmoud Ibrahim. Sans gène, un homme expérimenté, les fruits de l’exposé sont tombés à foison. Une heure et quarante cinq minutes sont écoulées. L’exposé a pris fin.IMAG0032.JPG


Par la suite il s’impose le tour de l’écrivain, poète SAID YASSINE Said Ahmed. Assisté à son tour par Dr Mahmoud Ibrahim à sa droite, Said Yassine a mis ses exploits dans la langue qui a vu grandir nos aïeux. Le thème « Origine de la langue comorienne, le Shi-komori » se promenait sur son apex. Pareil, des questions tombaient comme un fleuve et tout le monde a pris part sans complexe. Des exposés enrichissants et plein de valeur.


L’activité perpétue. Le comédien, artiste… Soeuf El-Badawi a mis son ancre. Son livre qui porte le Titre de « Un Dhikr pour nos morts », était entre sa main et sa langue. Des textes émouvants ont été récités par l’auteur, donc voilà le sort subi par nos compatriotes en pleine mer entre Mayotte et les autres îles, demeure dans les connaissances.IMAG0024.JPG


Car c’est un weekend culturel de la communauté comorienne, car ce n’est pas uniquement livre, les Daniel, Abdou et Halid, deux frères auteurs compositeurs… ont chauffé la salle avec une série de concert. Qui n’a pas aimé ce jour ? Et là la célèbre chanson, « Asiliya umwana… » tombait des lèvres. Tout le monde gigotait. Des migodro, des musiques des tous genres… les comoriens de Nantes, les amis des Comores, l’Association Mémoire de l’Outre-mer… baignaient dans une joie très immense.


Enfin, Dimanche, le weekend est fermé avec de l’émotion et la nostalgie. Mais d’abord le poète comorien Halidi Allaoui a fait lecture de ses poèmes, pleins de magnificence. Un poète plein de talent. Après lecture de trois poèmes, l’assistance a tout transformé en débat. Mais à l’aise qu’il était, Halidi a rendu tout ce qu’il devait au public.Photo1925.jpg


Une fin finie. Celle-ci se traduit par la présentation du filme « Le dernier Boutre des Comores » de Wadjih Said Mohamed. Cet artiste de grand talent, écrivain, dramaturge, a pu soutirer des larmes engendrées par la nostalgie. Le filme des derniers boutres aux Comores, écrit et réalisé par lui-même marquait le positif absolu dans cette fin de weekend spécial culture comorienne. Les intervenants qui venaient de différents coins de France, les participants formant l’audience… rentraient avec la joie et le souvenir impérissable du Vendredi 7 au Dimanche 9 juin 2013. La CCLA se réjouit de la réussite de leur journée, bien partagée… car la vraie réussite est celle que l’on partage. Une occasion que profite la communauté comorienne de Nantes : Hommes, femme, jeune et enfant, de formuler ses remerciements aux intervenants, Mahmoud Ibrahim, Halidi Allaoui, Said Yassine Said Ahmed, Soeuf El-badawi, Wadjih Said Mohamed et les Daniel dont Abdou et Halid.


Abdou Radjab

COMORESplus

Retour à l'accueil